Accueil / Albums / ARTICLES AVIATION / LA FERTE-ALAIS 2010 [228]

La fête aérienne du plateau de Cerny est une fabuleuse machine à remonter le temps. Organisée par l'Amicale Jean-Baptiste Salis, elle est un des plus grands rassemblements de warbirds au monde. Pour voir au moins autant sinon davantage d'avions historiques, il faut se rendre à Duxford, en Grande-Bretagne, à Chino, en Californie ou à Wanaka, en Nouvelle-Zélande. C'est dire à quel point il ne faut pas bouder son plaisir de venir passer un week-end au sud de Paris.

Cette année-ci, nous sommes gâtés par un impressionnant panel d'avions véritablement emblématiques de la période de la Seconde Guerre mondiale: deux Spitfire, une paire de Hurricane, un Messerchmitt 109 (pour les puristes on précisera qu'il s'agit d'un Buchon, la version espagnole équipée du moteur Merlin des Spitfire), mais aussi le très attendu Focke-Wulf 190 reconstruit neuf de A-Z par Flug Wercke et propriété du Français Christophe Jacquard. Déjà programmé l'an dernier, des problèmes techniques n'avaient malheureusement pas permis de le présenter en vol pendant le meeting. Cette fois-ci, c'est la bonne et c'est un public ravi qui a pu voir évoluer cette impressionnante machine. Pensez donc! Peu de ces avions avaient survécu à la guerre et ceux qui ont eu la chance d'être préservés dans des musées sont trop précieux ou trop abîmés pour envisager une remise en état de vol. La société allemande Flug Werke a donc pris le problème à bras le corps en recommençant tout depuis le début. Il a fallu retrouver, voire reconstituer tous les plans avant d'entamer la fabrication de toutes les pièces et reconstruire ab nihilo de nouveaux avions tout neufs destiné soit à des musées (cellules sans moteur), ou à des collectionneurs qui les feraient voler. Ce projet de longue haleine a enfin abouti et Christophe Jacquard s'est porté acquéreur de ce qui est le seul Focke-Wulf 190 en état de vol en France. Le voir enfin en vol est donc un événement tout à fait exceptionnel. MISE A JOUR : Alors qu'il devait participer au meeting aérien du Centenaire de l'Aéronautique navale à Hyères, le Focke-Wulf 190 de Christophe Jacquard (F-AZZJ) s'est abîmé en mer le samedi 12 juin 2010, suite à un problème technique lors du vol de répétition. Le pilote Marc "Léon" Mathis, 63 ans, est indemne et à pu regagner la plage par ses propres moyens.

Mais ce n'est pas tout. On a pu voir le B-17 "Pink Lady", désormais arrêté de vol, atteint par la limite d'âge après de bien belles années. Deux C-47 Dakota ont largué des parachutistes, un élégant B-25 Mitchell a promené dans le ciel sa silhouette incomparable. L'évocation de l'attaque de Pearl-Harbour par les Japonais est un moment incontournable du spectacle aérien. La parenté du T-6 avec la physionomie du Zero japonais a permis, moyennant quelques modifications esthétiques, d'adapter le look des T-6 à celui des avions de l'empire du Soleil levant. Deux de ces appareils étaient présents ce week-end. Dépaysement assuré. Un autre rareté, une réplique de Polikarpov I-16 Rata, était également de la partie. Ce fameux petit chasseur de construction russe a été acteur des combats aériens de la guerre d'Espagne en 1939. Sa petite taille, sa vélocité et sa silhouette trapue lui valut le surnom de Musca (mouche). En approchant la bête, on ne peut qu'être impressionné par les proportions aberrantes du moteur et de la minuscule planche de bord.

Le meeting de La Ferté-Alais est toujours l'occasion d'un subtil mélange entre l'aviation ancienne et moderne. Et cette année 2010 est celle du centenaire de l'Aéronautique navale française. On a pu ainsi voir un vénérable TBM Avenger en formation avec deux Rafale Marine. Le groupe aérien embarqué du porte-avions Charles-de-Gaulle a fait un passage fort remarqué avec deux Super Etendard Modernisés (SEM), deux Rafale Marine et un avion de guet aérien E-2C Hawkeye. On notera au passage, que les SEM devant simuler un ravitaillement en vol se sont présentés au public de manière tout à fait exceptionnelle. Le pilote de l'avion "ravitaillé" à enquillé le panier de l'avion ravitailleur à l'instant même où ils arrivaient devant les spectateurs. Un travail de grande précision qu'il faut apprécier à sa juste valeur lorsqu'on sait qu'à basse altitude l'air est beaucoup plus turbulent. Chapeau bas, messieurs de la Royale !

Succédant aux vrombissement des hélices, la démonstration solo du Rafale de l'Armée de l'air fut également un moment de grand spectacle, à la fois tout en puissance et en finesse. L'élégance était aussi au rendez-vous avec la présentation en vol du Falcon 7X, le dernier né d'une prestigieuse lignée de biréacteurs d'affaire de chez Dassault Aviation. L'appareil a fait en quelques passages la démonstration de sa vitesse, de son agilité et de ses lignes pures.

Ce compte-rendu ne serait pas complet sans évoquer les nombreux avions de la collection de l'Amicale Jean-Baptiste Salis qui sont toujours présentés en vol dans des tableaux historiques rappelant de grandes étapes de l'histoire de l'aviation. L'évocation des combats aériens de la Grande Guerre est toujours un moment assez exceptionnel, car la plupart de ces avions ne sont généralement montrés au public que dans des musées. Rappelons que l'Amicale réunit dans sa fête des répliques d'avions anciens, mais aussi de vénérables et authentiques ancêtres. Les conditions météorologiques doivent être véritablement parfaites pour décider de les faire décoller. Idéalement, il ne faut pas un souffle de vent et surtout le peu qui reste doit être bien dans l'axe de piste. C'est ainsi que, chaque année, le suspense à ce sujet est entier et la surprise d'autant plus agréable.

Longue vie au meeting de La Ferté-Alais !


LDNET - LOGO textes et photos BLANC 200.png