Accueil / Albums / ARTICLES AVIATION / 4000 HEURES SUR F-16 [120]

TITRE_20140829_EBFS_1199_R0-2.jpg


© TEXTE ET PHOTOS LUC DUJARDIN - AVIATION & PHOTOGRAPHIE 2014


Le commandant aviateur Marc Longle, alias « CZ » ou « Charlz » est le premier pilote belge à avoir atteint le cap des 4000 heures de vol sur F-16. La Composante Air belge et le 2e Wing Tactique de Florennes se devaient de célébrer dignement l’évènement. Ce n’est pas si souvent qu’un pilote peut présenter un tel total dans son carnet de vol. On mesurera la signification d’un tel chiffre à l’aune de l’expérience des autres pilotes de la communauté du F-16. Ainsi, au niveau des forces aériennes militaires des pays européens, il est le troisième pilote ayant accumulé autant d’heures sur le « Fighting Falcon ».

The Commander Marc Longle, known as « CZ » or « Charlz » became the first Belgian pilot to reach 4000 flying hours on the F-16. It isn’t a number that we can’t deny when we are aware of the number of hours the pilots usually fly. Regarding the European Air Forces, he is the third one to achieve this feat on the “Fighting Falcon”. Friday August 29th 2014 was a special day. The Belgian Air Component and the Second Tactical Wing of Florennes had to celebrate this special moment. It isn’t everyday that we have such a talented pilot.




4000 heures de vol


Avant lui, seulement quarante pilotes de par le monde ont franchi ce cap et, parmi eux, il n’y en avait jusqu’à présent que deux en Europe. En 2004 il y eut le lieutenant-colonel Bilal « Albay » Yalin, alors commandant du 141 Filo des forces aériennes turques. Il prit sa retraite en 2008. Au Danemark, également en 2004, c’est le major Max Vilhelmsen qui franchit ce seuil alors qu’il volait au 730 Squadron au sein de la Royal Danish Air Force (RDAF). Il vola sur F-16 tout au long de sa carrière, soit depuis 1980 jusqu’à 2008, avant de prendre sa retraite en 2010 après avoir commandé l’unité de conversion sur F-16 des pilotes danois. Dans le reste du monde, 26 pays utilisent actuellement l’une ou l’autre version du F-16, mais les autres pilotes « 4000 heures » sont tous américains. Cela suffit à souligner le caractère remarquable de l’événement. Il s’agit non seulement d’une étape exceptionnelle dans une carrière de pilote militaire, mais aussi un moment important pour la Composante Air belge.

Jusqu’ici, les pilotes belges pouvaient se targuer de compter parmi eux plusieurs récipiendaires du badge des 3000 heures. A commencer par le commandant Jean-Marie « Toutou » Toussaint, qui le 21 octobre 1992, fut le premier pilote au monde à franchir les 3000 heures de vol sur F-16. Les autres pilotes belges à franchir les 3000 heures de vol sur F-16 furent, par ordre chronologique, le commandant F. « Flip » Heylesonne le 1er décembre 1998 ; le commandant Luc « Lukke » Reeckmans en avril 2000 ; le commandant Rudy Schoukens le 13 décembre 2001 ; le major. Frank « Eeckie » Heeckhout le 4 octobre 2006 ; le commandant Marc « CZ » Longle, le 27 avril 2007 ; le commandant Fabian "Goos" Goossens en 2010 ( ?) ; le commandant Steven « Vrieske » De Vries le 23 juillet 2010 et le commandant Michaël « Mickey » Artiges le 6 février 2014.

En Belgique, neuf pilotes seulement ont donc volé plus de 3000 heures sur F-16. Parmi ce cercle très étroit, on remarque déjà le nom de Marc Longle. Le 26 août 2010, il est le premier Belge à atteindre les 3500 heures. Et ce 29 août 2014, il passe désormais la barre des 4000 heures. La Composante Air et le 2e Wing Tactique de Florennes se devaient de célébrer ce moment et d’honorer un pilote d’exception.




4000 Flying Hours


Even if forty pilots did this exploit before Marc Longle, only two were from Europe. The first European was the Lieutenant Colonel Bilal “Albay” Yalin in 2004. At that time, he was the Commander of the 141 Filo in the Turkish Air Force. During the same year but in another country, in Denmark, the Major Max Vilhelmsen reached the same amount of hours as “Charlz” when he was flying for the 730th Squadron of the Royal Danish Air Force. He has flown on F-16 from 1980 to 2008, which means 28 years. That represents his entire career. He took care of the F-16 Conversion Unit before retire in 2010. For the Lieutenant Colonel Bilal, the retreat came in 2008. Nowadays, 26 countries use the F-16. The other pilots, who did «4000 flying hours», are all Americans. Nevertheless, it is enough to underline a huge event as it is for our country.

Until that day, Belgium had only nine pilots who were proud to accomplish 3000 hours of flight. For this occasion, they received a special patch. The first one in the world to get to that amount on F-16 was the Belgian Commander Jean-Marie “Toutou” Toussaint on October 21st 1992. Then, he was followed by others a couple of years later. In a chronological order, the followers are: the Commander F. “Flip” Heylesonne in December 1rst 1998, the Commander Luc “Lukke” Reeckmans in April 2000; the Commander Rudy Schoukens on December 13th 2001; the Major Frank “Eeckie” Heeckhout on October 4th 2006; the Commander Marc “CZ” Longle on april 27th 2007; the Commander Fabian “Goos” Goosens during 2010 (?); the Commander Steven “Vrieske” De Vries on July the 23rd 2010 and finally, the Commander Michaël “Mickey” Artiges on February 6th 2014.

Like you can see, Marc Longle was already present in this little team. More than three years later, he was the only one to pass the 3500 flying hours. It was 26th of August 2010. This time, barely four years later, he did the famous 4000 hours as said before.





20140829_EBFS_1749_R001.jpg






Marc « CZ » Longle


Marc Longle est originaire de Visé. Son père était militaire et, plus particulièrement, armurier sur F-84F à la 1re escadrille de Florennes. Les conversations avec son père ont tôt fait de lui donner l’envie d’entrer à la Force aérienne. Il voulait également être armurier. Hélas, il ne réussit pas les examens lui permettant d’accéder à cette fonction. Comme il le dit lui-même avec beaucoup d’humour, il ne lui restait alors plus qu’à devenir pilote. Ce qu’il entreprit et réussit avec brio. Il passe par l’école des Cadets de 1981 à 1984, puis il suit le cursus de l’Ecole royale militaire (ERM) lors des quatre années qui suivent. Il est ainsi diplômé de la 124e promotion Toutes Armes. Ayant réussi les examens de sélection, il entame la formation de pilote. A l’époque, le jeune élève débute son écolage à l’Ecole de pilotage élémentaire (EPE) de Gossoncourt où il apprend à voler sur Marchetti. Il passe ensuite au 9e Wing Training à Brustem où il apprend à voler sur Alphajet. Il fait partie de la promotion 87B qui reçoit comme parrainage, le nom du capitaine aviateur François Venesoen. Ce jeune pilote de la 350e escadrille, titulaire de quatre victoires en combat aérien et de la Distinguished Flying Cross (DFC) fut porté disparu dans la Manche le 6 juin 1944, lors du Débarquement en Normandie.

Mais revenons à « Charlz ». C’est au sein de l’Operational Conversion Unit (OCU), alors encore basée à Beauvechain, qu’il apprend à piloter le F-16. Il suit et réussit le cours de conversion 2/90. En décembre 1991, il est affecté à une unité opérationnelle. Ce sera la 1re escadrille de Florennes, là-même où servirent son père et son grand-père. Après quelques années, en janvier 1995, il franchit une étape supplémentaire lorsqu’il devient pilote instructeur au sein de l’OCU, d’abord à Beauvechain, puis à Kleine-Brogel après le déménagement de l’unité vers le Limbourg en mars 1996.

A la fin de l’année, il revient à la 1re escadrille de Florennes et, en février 1998, il est sélectionné pour faire partie de l’Initial Cadre MLU (Mid Life Update). Il est donc dans le premier groupe de pilotes à découvrir le F-16 modernisé et à établir les tactiques d’emploi de son nouveau système d’armes. En 2000, il revient à Florennes en tant qu’instructeur MLU, puis il est à nouveau affecté à la 1re escadrille en septembre 2002. C’est avec les « Stingers » qu’il fête ses 3000 heures de vol en 2007. Il dirige actuellement la sous-section 3D/AOLT de COMOPSLAND depuis novembre 2011 tout en étant pilote catégorie B à la 1re escadrille.




Marc « CZ » Longle


Marc Longle comes from Visé, in the north of Liege. His father was a servicemen but also a gunsmith on F-84F inside the 1st Squadron of Florennes. As a result of the long talks that he and his father had, Marc Longle wanted to be a member of the Air Force and to exercise the same work. Sadly, he didn’t make it through the exams. Later, he will say with a sense of humor that the only thing he could still do was to be a pilot. He passed these studies with great success. After have been through the Cadets’ school from 1981 to 1984, he goes to the Royal Military School for the next four years. He is part of the 124th Promotion “All Arms”. After, Marc Longle passed the qualification exams to become a pilot. At that time, the young student starts to learn how to fly at the Elementary Flying School, located in Gossoncourt. The planes used for the flying lessons are Marchetti. Then, he goes to the 9th Training Wing in Brustem where he is taught to fly on Alphajet. One more time, he is promoted in the 87th Promotion which has received the name of a young pilot of the 350th Squadron: Commander Aviator François Venesoen. This last one had four victories in Aerial Combat and at the Distinguished Flying Cross to his prize list. On June 6 1944, he went missing in the Channel during the landing of Normandy.

After this little outbreak, let’s go back to « Charlz ». Inside the OCU, still based in Beauvechain at that time, “Charlz” is going to learn to fly on F-16. He follows and passes the conversion course 2/90. On December 1991, he will be part of an operational unit: the 1st Squadron of Florennes. It was the same unit for his father as for his grandfather. A couple of years later, he goes farther and becomes an OCU pilot instructor. We are in 1995. First, it was in Beauvechain than in Kleine Brogel when the unit moved a year later, in March 1996.

By the end of the year, he comes back to the 1st Squadron of Florennes. He is going to be selected to be part of the MLU in February 1998. He is in the first pilot group which will discover a modernized F-16. This group will establish how to use the different tactical ways of its armed system. He returns to Florennes as a MLU instructor in 2000. Two years later, in September 2002, he joins the 1st Squadron one more time. The “Stingers” are the ones with who he will celebrate his 3000 flight hours in 2007. Today, he is Category B pilot inside the 1st Squadron. Moreover, he is in charge of the 3D/AOLT COMOPSLAND under section since November 2011.




DUJARDIN_20140829_EBFS_1385_FX2.jpg



Carrière opérationnelle


Depuis qu’il est en escadrille, il a participé à (presque) toutes les opérations extérieures de la Force aérienne ou de la Composante Air belge. A ce titre, il totalise plus de cent missions de combat. Il a pris part à l’engagement belge en Bosnie dans le cadre de la Deployable Air Task Force (DATF) de l’OTAN avec les quatre F-16 déployés sur la base aérienne italienne de Villafranca. Il y eut d’abord l’opération « Decisive Endeavour » en 1991, puis « Deliberate Force » en 1997 et « Deliberate Guard » en 1998. En 1999, il était parmi les pilotes opérant depuis la base italienne d’Amendola vers le Kosovo avec douze F-16 MLU lors de l’opération « Allied Force ».

En mars 2004, dans le cadre de l’Otan, la Belgique envoie quatre F-16 à Šiauliai en Lituanie. Leur mission est d’assurer la police du ciel dans les Etats baltes devenus récemment membres de l’organisation atlantique et alors dépourvus d’avions de combat modernes et performants. La Belgique est le premier pays membre de l’OTAN à envoyer sur place un contingent militaire et des avions de chasse aptes à réaliser tout type d’interception par tous les temps. Marc Longle est dans le petit groupe de pilotes qui s’envolent pour la base lituanienne. Ils y resteront jusqu’à la relève assurée par des F-16 danois le 1er juillet 2004.

C’est en juillet 2005 lors de l’opération « Eastern Eagle » que « CZ » est, avec d’autres pilotes du 2e Wing, envoyé en Afghanistan au sein de l’European Expeditionary Air Wing (EEAW). Basé sur l’aérodrome international de Kaboul, celui-ci est composé de cent soixante-cinq militaires dont soixante-cinq belges qui accompagnent le déploiement de quatre F-16. Les pilotes de Florennes resteront jusqu’en octobre 2005 avant d’être relevés par des pilotes du 10e Wing de Kleine-Brogel qui assureront la seconde période de trois mois.

« Charlz » participera encore à la seconde mission belge de police du ciel « Baltic Air Policing (BAP) 02 » du 1er décembre 2006 au 30 mars 2007. Puis, en septembre 2008 c’est le retour en Afghanistan pour l’opération « Guardian Falcon » qui met en œuvre six F-16. En 2011, Marc Longle participe aux missions de guerre contre la Libye à partir d’Araxos lors de l’opération « Freedom Falcon ». La Belgique a utilisé pour cela six des huit F-16 qui étaient alors présents sur la base aérienne grecque, initialement pour un exercice prévu de longue date.

La mission BAP 03, du 3 septembre 2013 au 4 janvier 2014, se fera sans lui, car à cette période il est à nouveau en mission en Afghanistan. BAP 03 est donc la seule opération extérieure qui manque à l’actif de « CZ », mais on comprend facilement qu’il ne pouvait pas se trouver aux deux endroits au même moment.

La carrière de Marc Longle est atypique par sa durée. La plupart des pilotes quittent les avions pour exercer des fonctions supérieures aux environs de quarante ans. « CZ » a cinquante ans et il vole toujours. C’est une question de choix personnel. Son ambition n’était pas de devenir général, ni de se reconvertir dans le civil. En tout cas pas tant qu’il lui est possible d’être efficace en tant que pilote opérationnel. Et c’est ce qu’il a réussi à réaliser en maintenant un niveau de qualification élevé, une motivation à toute épreuve et une condition physique optimale. Il a eu la chance de commencer sa carrière à un moment où les pilotes volaient davantage. Non seulement il est le premier pilote belge qui franchisse les 4000 heures de vol sur F-16, mais il est fort probable qu’il demeure le seul à atteindre un pareil total.

A l’heure actuelle, pour réduire les coûts, certains vols d’entraînement se font au simulateur. L’allocation d’heures de vol par pilote est de 165 heures. Ce chiffre englobe tous les types de vol, depuis le vol d’entraînement jusqu’à la mission de combat. Cela signifie qu’un pilote déployé en opération extérieure, s’il vole à un rythme plus soutenu sur le théâtre d’opération, verra automatiquement son rythme de vol réduit à son retour, puisqu’il aura fait ses heures en missions réelles. On ne change pas le vieil adage : le temps, c’est de l’argent. Actuellement, un pilote de F-16 vole environ trois fois par semaine. Les vols ont une durée approximative d’une heure et vingt minutes. Mais il ne faut pas oublier qu’un vol se prépare et se commente. Briefing et debriefing prennent facilement de quatre à six heures de temps aux pilotes. Les moyens technologiques mis à leur disposition pour analyser toutes les phases du vol expliquent la durée des préparatifs et des analyses. Elle est d’autant plus longue que la mission est complexe.




Operational Career


“Charlz” has participated at more than one hundred combat missions since he is been flying into squadrons. Those missions were ordered by the Air Component or the Belgian Air Force. He was in the Belgium’s engagement towards the NATO task force called “Deployable Air Task Force” or DATF. Four F-16 were deployed on Villafranca air base (Italy). The first operation name was “Decisive Endeavour” and happened in 1991. Then, it was the “Deliberate Force” in 1997 and “Deliberate Guard” the following year. In 1999, he was one of the pilots who were part of the so called “Allied Force” mission. He flew from another Italian air base, Amendola, to Kosovo with twelve F-16 MLU.

For NATO, in 2004, Belgium has sent four F-16 in Siauliai, Lithuania. This time, the pilots’ role was to insure an air policy in the Baltic States. These were recent members of the Atlantic Organization and didn’t have modern aircraft yet. Our country (Belgium) was the first of the NATO countries to deploy its fighter aircraft and a military contingent as well. The fighters were capable to do any type of interception no matter how was the weather. Marc Longle and his little group will fly to this Lithuanian air base until the Danish F-16 take over the first of july 2004.

One year after that, he and other pilots of the 2nd Wing will be gone to Afghanistan inside the European Expeditionary Air Wing (EEAW): it is the “Eastern Eagle” operation. The EEAW is based on Kaboul International Airport. One hundred and sixty five servicemen are there. Among them, sixty five are Belgians. These join the deployment of four F-16. The first pilots to be there are from Florennes air base. They will stay there until October 2005 until the pilots from Kleine Brogel come to replace them for the next three months.

Yet, it isn’t over for “Charlz”. He will take part of the second Belgian mission known as “Baltic Air Policing (BAP) 02”. The operation starts on December 2006 and will end in March 2007. More than a year and a few months later, he will return in Afghanistan for the “Guardian Falcon” mission. We are in September 2008. Six F-16 will be put into action. Marc Longle does also war operations like the “Freedom Falcon” against Lybia from the air base of Araxos in 2011. In that case, Belgium used less than half of the F-16 which were present on the base for a long term mission. To be precise, six F-16 over the eighteen have flown.

For the BAP03 due from September 3 2013 to January 4 2014, “Charlz” will not be part of it for the simple reason that he is in Afghanistan.

“Charlz” Longle career is quite unusual by its length. Usually, most of the pilots leave the aviation world to be promoted when they are over forty years old. “Charlz” isn’t like them. He made the choice to fly as long as he could do it. He didn’t want to be a general neither work in the civilian field. Somehow, he has succeeded. Indeed, he has maintained a high level of qualification, a staunch motivation and an optimum condition. Moreover, he had the chance to start his career when the pilots could fly way more than nowadays. He is probably the only one who will ever reach that amount of hours.

Today, flying is quite expensive. In the purpose to reduce the costs, some of the flight training are done with the flight simulator. Therefore, we must know that a pilot flies around 165 hours per year. These hours include all types of flight. In other terms, it means that for a pilot who goes for an external mission and who will fly quite a lot, he will fly less at his return. The reason for this is really simple: he has done his amount of hours during his mission. “Time is money”. A F-16 pilot usually flies three times a week for a period of one hour and twenty minutes. However, we can’t forget that a flight must be prepared and also talked about. These are crucial information. The pilots take between four and six hours to do a briefing and a debriefing. It is long regarding the technological means given to the pilot for the mission. The harder will be an operation, the longer it will take to prepare it.




DUJARDIN_20140829_EBFS_1448_RC.jpg



Une journée spéciale


Pour le passage de la 4000e heure de vol, la presse était conviée à la base aérienne de Florennes. L’accueil avait lieu au Cercle Offenberg. De là, un bus conduisit tout le monde sur le parking TLP, en face de la tour. Deux F-16 y stationnaient : le FA-89 à gauche du taxiway central et le FA-72 à droite. C’est dans le FA-89 que « Charlz » , s’installe après avoir fait la visite prévol. Sur l’échelle, le crew chief l’aide à se brêler au siège éjectable ACES II, puis il redescend. Dans son cockpit, « Charlz » entame la procédure de démarrage du réacteur Pratt & Wittney 220E. Dans un sifflement aigu, le F-16 prend vie. En contact radio avec le pilote, le crew-chief s’assure du bon déroulement de la séquence de démarrage de l’avion, ôte les dernières sécurités, puis retire les cales des roues. L’avion avance de quelques centimètres, vérification des freins, l’amortisseur de la roue avant s’enfonce. De l’autre côté du parking, la même scène s’est déroulée pour l’autre avion. Ayant reçu l’autorisation de rouler, les deux avions quittent majestueusement le parking. Au son strident de l’air qui s’engouffre dans l’entrée d’air succède le grondement sourd de la tuyère dès que les F-16 virent et s’alignent sur le taxiway. Plus loin, d’autres F-16 ont quitté leur abri et roulent également vers le seuil de piste. Il y a là les avions codés FA-101, FA-109, FA-117, FA-121, FA-126, FA-127 et FA-134. C’est la piste 26 droite qui est en service.

L’assistance rassemblée sur le parking assiste aux décollages successifs avant de se rendre dans les locaux de la 350e escadrille pour recevoir un petit briefing d’information sur l’événement du jour et la carrière du commandant Longle. C’est le chef de corps et commandant de la base aérienne de Florennes, le colonel Thierry Dupont qui prend la parole et retrace le parcours de « Charlz ». Ensuite en quelques mots et lors des questions et réponses avec la presse, le lieutenant-général Claude Van de Voorde, commandant de la Composante Air, le lieutenant-colonel Cedric Kamensky, commandant du Groupe de vol, le major Michel Vandermeulen, commandant du Groupe défense et support, ainsi que Pierre Helson bourgmestre de Florennes, soulignent tous le professionnalisme de « CZ » ainsi que ses qualités d’instructeur précis et attentif au travail et à la progression des jeunes pilotes.

Après cet exposé, nous sommes de retour sur le tarmac pour assister au retour des huit F-16. Les conditions météo ne permettant pas de regrouper tous les appareils en une vaste formation, ce sont deux boxes de quatre appareils qui font un passage bas près du parking et se présentent ensuite au break pour l’atterrissage. « Charlz » revient au parking et l’avion passe sous une arche d’eau que lui font les pompiers de la base. Une fois le réacteur éteint et le cockpit du F-16 ouvert, ses parents et sa famille l’accueillent à la descente de l’avion. La presse et les invités entourent le groupe. Ses collègues pilotes, y compris les ailiers du jour, encore tout équipés, le rejoignent et le félicitent. Comme il est de tradition dans un cas pareil, un panneau a été préparé. « CZ » entouré de ses collègues pose pour la photo.

De retour au Cercle Offenberg, le lieutenant-général Claude Van de Voorde, après un petit discours de félicitations dans lequel il souligne le rôle important rempli par les parents et la famille dans le soutien qu’ils apportent au pilote tout au long de sa carrière, depuis la formation jusqu’aux déploiements en opération. Le général Van de Voorde remet alors au commandant Marc Longle le badge des 4000 heures de vol. Il le félicite encore et lui donne l’accolade. Ensuite, le colonel Thierry Dupont lui remet une plaque commémorative officialisant le passage des 4000 heures.

A son tour, « Charlz » prend la parole pour remercier tous ceux qui lui ont permis d’exercer un si beau métier. Son papa tout d’abord, qui lui donna l’envie de rejoindre la Force aérienne ; sa maman ensuite, qui l’encouragea sans le détourner de son choix. Et de raconter une petite anecdote pour illustrer ce propos. Alors qu’il avait choisit de devenir pilote et qu’il avait déjà entamé sa formation, un accident de d’avion eut lieu (1). Quelques jours après la catastrophe, le camion qui ramenait les débris du Mirage V vers Florennes tomba en panne juste devant la maison Longle. L’avion accidenté resta ainsi une semaine devant la maison familiale. Madame Longle demanda à son fils s’il était bien certain de vouloir devenir pilote, mais elle ne lui demanda jamais de renoncer à sa vocation. Certes, le métier de pilote est exigeant et comporte certains risques. Et l’épave rappelant la récente tragédie n’était pas là pour rassurer une maman attentive.

S’adressant ensuite au général Van de Voorde, Marc Longle remercie les autorités de la Composante Air et particulièrement le général, soucieux de ce qui se passe au niveau des pilotes au sein des escadrilles. Les applaudissements fusent et la réception en l’honneur de « Charlz » se poursuit dans une ambiance agréable, entouré par ses collègues pilotes, sa famille, ses amis et ses proches, motards ou non, invités pour célébrer dignement l’événement.




A Particular Day


Like already said before, having the opportunity to fly a 4000th hour isn’t common for a pilot. Therefore, in order to celebrate this extremely rare occasion, the press was invited at Florennes’ air base at “Cercle Offenberg”. A bus took them to the TLP parking. On both sides, are parked two F-16. On the left, stands the FA-89. This is the one which will be used by “Charlz” after his pre-flight inspection. On the right, there is the FA-72. On the scale, the crew chief helps him to fasten the ejection seat (ACES II) then goes down. From his cockpit, “Charlz” starts the engine. By its higher-pitched whistle, the F-16 comes to life. This whistle is recognizable among others. Thanks to radio contact, the crew chief makes sure everything is done properly regarding the startup sequence. First, he removes the last securities then the wheel blocks. Next, the aircraft moves a little bit forward. Brakes are checked: the shock absorber of the nose wheel goes down. The scene is the same for the other aircraft. Clear to taxi, both aircraft leave the parking in a majestic way. The shrill sound of the air goes in the air inlet. The nozzle deaf sound when the f-16 turn and line up on the taxiway. Far away, some other F-16 have left their shelters and go to the runway. There are FA-101, FA-109, FA-117, FA-121, FA-126, FA-127 and FA-134. It is the runway 26 which is in service.

The aircraft take off one by one. After the audience has seen this, they go to the 350th Squadron rooms where they will receive some information. Those will be about the event but also about the career of the concerned Commander,“Charlz” Longle. It is the Colonel Thierry Dupont who does the speech. He is the commanding officer and the commander of Florennes Air base. The General Lieutenant Claude Van de Voorde (Air Component Commander), the Lieutenant Colonel Cedric Kamensky (Commander of the Fly group), the Chief Warrant Officer Michel Vandermeulen (Commander of the Defense and Support Group) and the Mayor of Florennes, Pierre Helson, all have said some words about the professionalism of “Charlz”. They also talked about his qualities as an instructor who pays attention to his commitments concerning the work and the progression done by the younger pilots.

The press is back on the tarmac after the talk. The height F-16 are on their way back. Because of the weather, the aircraft couldn’t do a bigger formation. There so, it was two blocks of four F-16 which did a low fly-by near the parking before presenting for the break at the landing. “Charlz” comes back and the plane goes through a water gate done by the air base firemen. Once the engine is off and the canopy opened, his family welcomes him at the descent of the airplane. Guests and press people are part of the group which surrounds “Charlz”. Pilots and wingmen of the day congratulate him. As it is traditional to make, a panel has been prepared. “Charlz” and his colleagues take the shoot.

At “Cercle Offenberg”, the General Lieutenant Claude Van de Voorde did a little speech. This last one underlines the important role of family and friends in a pilot’s career. They’re must be really supportive. As you know, a pilot career goes from his qualification to his external operations. The General Lieutenant Claude Van de Voorde congratulates “Charlz” and gives him the famous 4000 hours patch. Finally, he embraces him. Then, Colonel Thierry Dupont gives him a commemorative tablet officializing the achievement of 4000 flight hours.

This time, it is “Charlz” turn to talk. He thanked every person who gave him the opportunity to do that beautiful job. His dad was the first one who gave him the envy to join the Air Force. His mother never tried to stop him and has been always behind him with the choices he made. During his speech, “Charlz” told a little story. An aircraft incident happened when he was schooled to become a pilot (1). A few days later, the truck which was supposed to bring back the aircraft fragments to Florennes broke down in front of Longle’s house. It stayed there during one week. His mother asked him if he still wanted to be a pilot but never tried to change his mind. For sure, to be a pilot implicates some risks. You never know what might happen. Although, she wasn’t so proud when she saw the plane fragments.

Finally, he thanked the Air Component authorities. Moreover, he was thankful towards the General Van de Voorde who pays particular attention to the pilots inside the squadrons. A wave of applause is listened. With the aim of honoring “Charlz”, the reception continues in a pleasant atmosphere. Family, either motorcyclists friends or not, all are there to celebrate the event.








L’équipe d’Aviation & Photographie tient à exprimer ses sincères félicitations au commandant Marc « CZ » Longle pour ses 4000 heures de vol sur F-16.
Bravo et merci !


Aviation & Photography team would like to express its deepest feelings to the Commander Marc “CZ” Longle for his 4000 flying hours on the F-16.
Congratulations!



© TEXTE ET PHOTOS LUC DUJARDIN - AVIATION & PHOTOGRAPHIE 2014


LDNET - LOGO textes et photos BLANC 200.png
English translation by
Barbara DUFRANE



_________________________

(1) C’était le mercredi 25 juin 1986, au cours d’un vol réalisé dans le cadre d’un exercice d’évaluation tactique (TacEval), le Mirage V BA (BA-13) qui avait décollé de Brustem (Saint-Trond) percuta un monomoteur civil. Il s’agissait du Morane-Saulnier MS.880B « Rallye Club » (OO-NSD) en provenance de l’aérodrome de Kiewit, près d’Hasselt, et qui avait décollé pour un vol au-dessus de l’Ardenne. Le Mirage ne put éviter le « Rallye » blanc et orange qui arrivait à sa droite. La collision eut lieu à basse altitude et les avions s’écrasèrent à Lixhe, au nord de Visé. Le capitaine Philippe Delferièrre, de la 2e escadrille (Comète) de Florennes parvint à s’éjecter, mais il fut grièvement blessé, tandis que les trois occupants de l’avion de tourisme furent tués. Une longue procédure judiciaire aboutit en 2007 par la condamnation du Ministère de la Défense, le maintient des indemnités perçues par les familles des victimes tout en reconnaissant que le pilote du Mirage n’avait commis aucune faute.




_________________________

(1) The aircraft incident was on Wednesday 25 June 1986 during a TacEval exercise. Mirage V BA (BA-13) had taken off from Brustem air base before colliding with a Morane-Saulnier MS.880B “Rallye Club” (OO-NSD) which was coming from Kiewit airfield, near Hasselt. This one was supposed to do a flight over the Ardenne. Even its orange and white colors, it couldn’t be avoided by the Mirage. The “Rallye” was coming from the right. The collision between the two planes happened at a low level and both crashed at Lixhe, north of Visé. The pilot of the Mirage V, the Commander Philippe Delferièrre was able to eject himself but was seriously hurt. He was part of the 2nd Squadron of Florennes known as the Comet Squadron. The three persons who were in the other plane were killed. After so many years, the judicial process ended in 2007. The Ministry of Defence was condemned and the allowances payable to the victims’ families were maintained. It was recognized that the Mirage pilot didn’t do any mistake.










REMERCIEMENTS À COMOPSAIR-IPR ET PLUS PARTICULIEREMENT À L’ADJUDANT-CHEF PHILIPPE VAN HUYCK POUR LA QUALITÉ DE L’ACCUEIL SUR LA BASE DE FLORENNES.