Accueil / Albums / SOUVENIRS / BUNKERS (PREMIERE GUERRE MONDIALE) [122]

Entamée en août 1914 dans un élan patriotique, la guerre a vite révélé son caractère brutal. Les Français, mal équipés, ont été surpris par les mitrailleuses allemandes qui firent des hécatombes dès les premiers combats. Après un sursaut sur la Marne en septembre, le front s'est peu à peu stabilisé. La guerre de mouvement fait place à une guerre de position. Les protagonistes se protègent, fortifient leurs positions, creusent des tranchées. De nombreuses et meurtrières offensives n'auront bien souvent que de bien piètres résultats tant au niveau tactique que stratégique. Le développement de la mécanisation et du matériel ne parviendra pas à faire la différence. Face à l'artillerie de plus en plus lourde, puis plus tard face aux gaz et aux tanks, les tranchées se font plus profondes et les fortifications plus épaisses. C'est finalement l'arrivée des Américains sur le théâtre d'opérations européen qui permettra peu à peu aux Alliés d'emporter la décision.

Depuis, les arbres ont repoussé, parfois au milieu des ruines de villages détruits à jamais disparus. Ces lieux furent lunaires, parsemés de cratères et de trous d'obus. Le temps et les intempéries les ont à peine estompés. Des tranchées parcourent encore les forêts de leurs sombres cicatrices. Certaines sont encore bien profondes (plus de 2 mètres). Des entrées de sape soutiennent encore la terre et descendent vers ce qui fut les "cagnas" et "guitounes" des poilus. Des barbelés rouillés et tordus protègent encore les parapets contre des ennemis qui ne viendront plus. La nuit, devant certains bunkers isolés, la lune doit se souvenir encore de la détresse des hommes qui périrent dans la boue sur le glacis tourmenté du champ de bataille.

La plupart des photos que vous verrez ici ont été prises en 2006, soit 90 ans après la bataille de Verdun. Cette série fait écho à celle consacrée précédemment aux bunkers de la guerre suivante. On mesurera les différences dans l'organisation et l'architecture de ce type de fortification. Mais dans un cas comme dans l'autre, ces vestiges demeurent les témoins silencieux d'une histoire douloureuse.

Espérons que le souvenir des erreurs du passé puisse garantir un avenir meilleur.


LDNET - LOGO textes et photos BLANC 200.png